Agnès Buzyn prend en exemple les urgences de Poitiers

Publié le 12 septembre 2019 | Actualité / en Poitou-Charentes / Une

Payant

buyzn

La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buyzn a choisi le 2 septembre et le CHU de Poitiers pour dévoiler une partie de mesures qu’elle annoncera le 9 septembre prochain. Face au mouvement de grève qui se généralise dans les uragences de France, il fallait rassurer. « Les urgences sont aujourd’hui en surchauffe. C’est un symptôme du dysfonctionnement général de notre organisation et nous avons besoin de trouver une solution pérenne, une solution de fond pour améliorer la situation. Il ne faut pas juste soigner le symptôme, cette fièvre ressentie au niveau de l’activité des urgences, car sinon nous serons dans la même situation dans 2-3 ans, avec des services trop étroits et un manque de personnel. Nous avons besoin de réfléchir à l’ensemble de la chaîne de l’organisation des services d’urgences, en amont et en aval. » Ainsi, depuis plusieurs mois, le député charentais Thomas Mesnier et le Pr Pierre Carli, président du Conseil national de l’urgence hospitalière rencontrent les professionnels pour élaborer un rapport sur les urgences. Plusieurs établissements ont été visités. « Nous avions besoin de nous inspirer de leurs pratiques et recueillir les bonnes idées, souligne la ministre. Les urgences de Poitiers ont su anticiper cette augmentation en mettant en place des interactions avec la médecine libérale, avec les Ehpad, en travaillant les filières d’admission dans l’hôpital … Ils font preuve d’inventivité en terme d’organisation, ce qui permet de fluidifier les parcours des patients et de lever un peu les tensions sur les soignants. »

Depuis 2013, le CHU de Poitiers a, en effet, mis en place un plan d’amélioration des urgences. « Nous constatons une augmentation de la fréquentation de 3 à 5 % par an et si nous ne prenons pas des mesures, les urgences vont s’engorger. Les urgences sont un problème qui relève de l’hôpital dans son ensemble et pas seulement du service, indique le Pr.  Olivier Mimoz, directeur du groupement hospitalier de territoire Urgences de la Vienne. Il fallait faire cohabiter activité programmée et non-programmée. C’est un travail collectif, il a fallu convaincre. Nous avions trois objectifs : fluidifier le parcours des patients, faire venir les spécialistes et mieux gérer l’aval, notamment les lits. L’enjeu est d’orienter au bon endroit, au bon moment et les temps d’attente se sont réduits. »

buyzn

Poitiers, bon élève

Ainsi, la ministre a visité le centre de gestion des lits. Chaque jour, dans chaque service, un nombre de lits est réservé aux urgences. Le CHU de Poitiers a été le premier de France à adopter un tel système en 2014. Tout a été informatisé.

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management