Grand Poitiers relève le défi de la transition énergétique

Publié le 7 janvier 2019 | Actualité / en Poitou-Charentes

développement durable

Face aux enjeux climatiques, à l’horizon 2030, la collectivité et les différents acteurs du territoire s’engagent à réduire la consommation d’énergie de 30 % et à multiplier par trois la part des énergies renouvelables.

Si lors de la Cop21, un accord international sur le climat applicable à tous les pays a été validé, les actions concrètes en matière de transition énergétique se décident localement. Le président de Grand Poitiers, Alain Claeys, ne cesse de le répéter : « La transition énergétique ne se fera pas sans la mobilisation des territoires et des entreprises. » C’est l’un des défis que la communauté urbaine a d’ailleurs listés dans son projet de territoire.

Grand Poitiers a ainsi élaboré un schéma directeur des énergies pour fixer la stratégie du territoire en la matière. Définis après un large état des lieux et avec l’ensemble des acteurs locaux, les objectifs sont de réduire de 25 % les consommations d’énergie et de multiplier par trois la part d’énergies renouvelables dans la production globale (pour atteindre 38 %) d’ici 2030. « Nous devrons veiller à ce que cette transition énergétique ne se fasse pas sans justice sociale. Les collectivités doivent s’engager, montrer l’exemple et veiller à préserver cet équilibre afin que chacun puisse agir, à son échelle et selon ses possibilités. »

Ainsi, le schéma établit de grandes orientations suivant les différents secteurs : -35 % d’énergie consommée sur la mobilité, -15 % pour l’habitat,

-11 % pour le tertiaire, -17  % pour l’industrie et -15 % pour l’agriculture. Conjointement, il s’agit de favoriser les énergies renouvelables, avec un objectif affiché de +260 % par rapport à aujourd’hui, en développant le mix énergétique : photovoltaïque, biogaz, géothermie … « Sur ces différents sujets, des actions sont déjà engagées : la lutte contre la précarité énergétique, le développement du réseau de chaleur, la rénovation des bâtiments, la mise en place d’une plateforme Energies, le développement des circuits courts  …, énumère Florence Jardin, vice-présidente à la transition énergétique. Et nous devons avoir un accompagnement plus poussé des différents acteurs et accentuer le mouvement. » Patrick Coronas acquiesce : « Avec ce schéma, la collectivité donne l’exemple, mais nous ne serons pas seuls. Les associations, les bailleurs sociaux, l’université, le CHU sont concernés. Toutes les communes du territoire sont aussi actives sur le sujet. Il s’agit de donner de la cohérence, de partager les bonnes pratiques, de démultiplier les initiatives. »

Un outil pour développer les projets

Pour se donner les moyens de ses ambitions, une société d’économie mixte, Grand Poitiers Energies, est créée. Plusieurs partenaires se sont associé à la collectivité : SAFIDI (groupe EDF), Sergies (groupe Energies Vienne), la Banque des Territoires et la foncière Touraine Poitou (groupe Crédit Agricole). Le capital de 1,3 million d’euros doit permettre de lever 13 à 14 M€ et de financer des projets sur l’ensemble du territoire. « Grand Poitiers participe à hauteur de 700  000 € grâce à la bonification des certificats d’économie d’énergie générés par le renouvellement de l’éclairage public », précise Florence Jardin.

Parmi les premiers projets qui devraient voir le jour, deux champs photovoltaïques pourraient être créés. « Il s’agirait d’auto-consommation, pour diminuer la facture de bâtiments très consommateurs : la station de production d’eau potable de Bellejouanne et la station d’épuration de La Folie. » Ces installations pourraient couvrir 80 % des besoins des deux bâtiments. « Ces investissements doivent permettre de dégager des marges, souligne Patrick Coronas. Elles pourront ensuite être réinvesties dans de nouveaux projets, cela quel que soit le type d’énergie renouvelable concernée. »

M. W.

Partenaire : Inovis asset management