Philippe Chadeyron, le rebelle attachant

Publié le 12 octobre 2017 | Actualité / Portrait

Payant

chadeyron

Après une campagne effervescente, Philippe Chadeyron est depuis une semaine le référent officiel de la République en Marche en Vienne, mais il poursuit son activité professionnelle chez EDF avec toujours autant d’ambition.

Lorsqu’on découvre le passé de Philippe Chadeyron, on comprend mieux le personnage qu’il est aujourd’hui. Sous ses airs d’aimable contestataire se cache un homme de conviction attaché à ses valeurs. Philippe Chadeyron est né à Lisbonne en 1963, d’un père officier déserteur de la guerre d’Algérie et d’une maman rebelle. Accueillis par le dictateur Salazar, ils devront quitter la capitale au bout de quelques mois pour fuir en Angola. « A 3 ans et demi, nous sommes rentrés en France, à Paris, je parlais mieux portugais que français. » Réalisant qu’ils sont trop opposés sur le plan politique, les parents de Philippe se séparent. Héritier d’un passé mouvementé, il se découvre très vite un penchant pour la politique. Dès la 6e, il est à l’origine de manifestations. « Nous étions opposés à la réforme Habi. Bien sûr je n’avais pas le droit de manifester, ma mère était convoquée mais elle m’encourageait dans cette voie, alors j’ai continué. J’ai été viré d’Henri IV à la fin de l’année. » De retour en pension, il découvre différents modes d’éducation. « Je me suis toujours trouvé dans des classes pilotes. Nous étions les enfants de la mouvance post soixante-huitarde, on se cherchait. » Lui s’était trouvé. Passionné de voile depuis sa tendre enfance, il fait une année de sports études, mais ses convictions sont plus fortes. « J’étais animé par de nombreux engagements sociétaux, j’étais toujours un peu le leader pendant les manifestations. Entre un père proche du Front National et une maman Mélanchoniste, j’ai trouvé ma place entre ces deux extrêmes. »

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management