Connect with us

La Rochelle concentre les professionnels

encan

Actualité

La Rochelle concentre les professionnels

En matière de tourisme d’affaires, il n’y a pas que La Rochelle en Charente-Maritime, mais il y a surtout La  Rochelle en termes d’offres. Pour autant des points de faiblesses existent.

encan

En matière de tourisme d’affaires, il n’y a pas que La Rochelle en Charente-Maritime, mais il y a surtout La  Rochelle en termes d’offres. Pour autant des points de faiblesses existent.

« La Rochelle a une belle image. Elle est perçue comme une ville authentique, une ville maritime. Cela crée un pouvoir de séduction », apprécie Nathalie Durand-Deshayes, directrice de La  Rochelle Événements, la société d’économie mixte qui exploite l’Espace Encan et qui gère l’office de tourisme depuis son retentissant dépôt de bilan en 2014. Or « un sondage réalisé en 2016 auprès des grands opérateurs parisiens que sont les agences événementielles et les tour opérateurs rapporte que l’attractivité touristique de la destination compte pour 60  % dans la décision. »

Une foule d’équipements

Mais surtout, la cité des tours concentre la majeure partie de l’offre. La Rochelle Événements exploite le bâtiment du Forum des pertuis, au port des Minimes ainsi que l’Espace Encan, qui fonctionne comme un palais des congrès. La municipalité propose également son parc des expositions. Mais une foule d’équipements non dédiés opèrent aussi sur ce secteur, au premier rang desquels l’Aquarium. De nombreux hôtels sont aussi inscrits sur ce segment ainsi que … le Stade Rochelais. Et d’autres comptent bien y venir, à l’image du groupe CGR, connu pour ses cinémas, mais qui diversifie ses activités, restaurants, locations de meublés … L’an passé, il a acquis le Domaine des trois îles, à Châtelaillon-Plage. Lorsque les travaux seront achevés, d’ici la fin de l’été, les deux hôtels et le centre de thalassothérapie qui en font partie seront ouverts aux séjours professionnels. Et nul doute que le restaurant tenu par le chef étoilé Pierre Gagnaire aura un effet d’attraction certain.

la rochelle

L’effet LGV inversé

A cette liste s’en ajoute une autre, aussi longue, celle des agences événementielles. Une aubaine pour la ville. Car « le tourisme d’affaires permet d’avoir une industrie sur quatre saisons. C’est un des piliers du maintien de l’activité en centre ville. C’est la même chaîne de valeur, indique Nathalie-Durand-Deshayes. 80 % des retombées d’un séminaire profitent aux hôtels, restaurants, etc. Les professionnels en séminaire se comportent comme des touristes. Seuls 20 % des retombées incombent au lieu et au prestataire. » Pour autant ni la municipalité ni l’Agglomération ne s’endorment sur leurs lauriers. Elles investissent pour continuer de l’embellir, même si le sujet ne semble pas captiver le président Fountaine.

Mais La Rochelle a néanmoins quelques faiblesses, notamment le fait qu’elle ne bénéficie pas de l’effet d’attraction de la LGV. La SNCF avait pourtant fait miroiter quatre allers-retours directs par jour en 2 h 25 à l’agglomération en contrepartie d’une participation au financement de la modernisation de la ligne. Las, elle n’en aura qu’un et demi et cela pose problème pour le tourisme d’affaires. « Le fait que La Rochelle ne soit pas à deux heures de train de Paris augmente la concurrence avec toutes les villes qui le sont maintenant », admet volontiers la directrice de La  Rochelle Événements. La cité ne peut même pas compter sur « l’effet » port piéton pour contrebalancer. « Ça paraît naturel dans une ville maritime », glisse Nathalie Durand-Deshayes.  C’est le retour de pédalier d’une ville identifiée vélo.

O. G.

Continue Reading
Advertisement
You may also like...

More in Actualité

En haut