Terra Noé sépare le foncier du bâti

Publié le 26 septembre 2019 | Actualité / en Poitou-Charentes

Payant

terra noe

Donner les moyens à un jeune ménage de la classe moyenne de s’offrir une maison sur le littoral, « c’est un vrai engagement politique. Je suis maire, j’assure une politique sociale ! » C’est Léon Gendre (Les Républicains) qui le dit. Il est maire de la Flotte-en-Ré, où le prix du mètre carré privé oscille autour de 800 euros, et revendique 25  % de logements aidés. Sa collègue de Sainte-Marie-de-Ré, Gisèle Vergnon (DVD), est du même avis. Chez elle, le mètre carré coûte environ 600  euros. Au nord de l’île, c’est pire, et sur le continent, entre Bordeaux et Nantes, c’est à peine mieux. 200  ou 300 euros le mètre carré est un prix courant. A ces tarifs, pas facile de maintenir les crèches, les écoles et les emplois.

Bail réel solidaire

Alors les deux édiles rétais ont rejoint Terra Noé, un organisme foncier solidaire regroupant trois bailleurs sociaux, Habitat 17, la Coopérative vendéenne du logement et Vendée logement esh, qui peinent à augmenter l’offre de logements sociaux le long du littoral, de la Charente-Maritime à la Loire-Atlantique.

Lisez en toute tranquilité nos contenus

Abonnez-vous sans engagement en 3 clics.
Partenaire : Inovis asset management